Archives de l’auteur : Lawrence

L’ABA est-elle vraiment différente des autres approches ?

 

l’ABA est avant tout une approche transparente.

C’est une approche qui vise à modifier les comportements en se basant sur des résultats concrets, quantifables et observables.

Les progrès de l’enfant sont observés directement puis cotés, quotidiennement.

Quand cela est nécessaire, les résultats sont reportés dans des graphiques, puis intégrés aux bilans présentés aux familles.

Graph showing imitation of words

Exemple de graphique tel qu'il se présente dans un bilan

L’ABA ne laisse pas de place à l’interprétation…

L’ABA-VB, c’est quoi ?

Lovaas (1927-2010) est le pionnier de L’ABA en ce sens qu’il a été le premier à appliquer les recherches en analyse du comportement auprès d’enfants autistes. Il utilisait, auprès de ses patients, les principes du renforcement, de la guidance, du stimulus contrôle, etc., afin de développer leurs apprentissages. Les programmes Lovaas sont intensifs, de 30 à 40 heures par semaine, et reposent sur l’enseignement par “essais distincts” , un enseignement qui suit le schéma – antécédent (consigne) - comportement (réponse) - conséquence (renforcement). Quarante années de recherches ont permis de démontrer l’efficacité de cette méthode, qui diminue les comportements inadaptés de manière significative, et développe les apprentissages, les compétences sociales et la communication.

Depuis Lovaas, d’autres modèles dérivés de l’ABA ont fait leur apparition. Des chercheurs et cliniciens ont développé l’approche VB au début des années 2000. Ce modèle, qui signifie « comportement verbal » (Verbal Behavior) (Sundberg & Partington, 1998; Sundberg & Michael, 2001), est directement inspiré par les travaux de Skinner (1904-1990). Skinner était le premier chercheur à mettre en lumière les principes que nous connaissons aujourd’hui, de renforcement,  conditionnement opérant, stimulus discriminatif, etc. Parmi ses nombreuses recherches sur le comportement humain, (The Behavior of Organisms, 1938), il s’est beaucoup intéressé au comportement verbal (Verbal Behavior, 1957).

Dans le modèle VB, les travaux de Skinner sont utilisés pour favoriser les compétences de communication. Le langage est considéré par ce modèle comme étant la fondation de tous les apprentissages chez les enfants typiques. Il s’agit d’une compétence pivot permettant d’accéder à d’autres sources d’apprentissage, plus complexes. Le langage étant particulièrement déficient chez les enfants présentant des troubles du spectre autistique, il est considéré comme le premier objectif à développer chez ces enfants.

D’autres éléments sont caractéristiques de la méthode VB, tels que l’utilisation de la motivation. En ABA-VB, les interventions consistent typiquement en la manipulation de la motivation (LeBlanc et al., 2006). Il est considéré que la motivation est à l’origine de la plupart des apprentissages. Il est donc important de prendre en compte cette variable dans le cadre des programmes d’enseignement. Ainsi, en VB on utilise ce qui intéresse l’enfant pour l’emmener vers les apprentissages. Et tout particulièrement pour l’aider à accéder au langage.

Enfin, en ABA-VB,  planifier la généralisation des acquis en environnement naturel est essentiel. Il est important que l’enfant développe des compétences lors des enseignements structurés, au bureau, mais il faut aussi qu’il soit capable d’utiliser les compétences qu’il a acquises au bureau, au quotidien et dans l’environnement naturel. S’il ne restitue ses acquis que dans le cadre strict de l’enseignement au bureau, ses apprentissages ne lui seront pas utiles (Carbone, 2012). Il faut qu’il puisse “généraliser” ses compétences à d’autres environnements, personnes, supports, etc. Ainsi, en VB, il est recommandé d’incorporer des stratégies d’enseignement naturel (format d’enseignement « NET »), durant les séances. Le NET, qui est dérivé du modèle d’Enseignement Naturel de Stokes et Baer (1970-1980), présente un format d’enseignement plus souple, plus “naturel”, qui consiste à suivre la motivation de l’élève, dans le cadre de jeux hors bureau, afin de généraliser les acquis.

Mon enfant présente des troubles envahissants du développement. Peut-il bénéficier de cette approche ?

L’ABA se révèle comme le traitement de choix pour les personnes atteintes de troubles du développement et du comportement (Troubles envahissant du développement comme l’autisme, le Syndrome de Rett, le Syndrome X-fragile, le Syndrome d’Asperger et les Troubles Envahissants du Developpement non-spécifiés.)

Ces personnes peuvent être touchées par des retards comportementaux dans les domaines suivants :

  • Le langage
  • L’attention
  • La gestion des émotions
  • Le jeu
  • Les jeux collectifs
  • Le développement d’autonomie
  • L’imitation
  • Le développement cognitif

Ils présentent également des spécificités comportementales telles que:

  • La colère et l’agressivité
  • Les comportements d’auto stimulation et ritualisés
  • Les intérêts pour certains aspects de l’environnement
  • Des peurs spécifiques liées à la relation et à l’interaction

Dans le cadre d’une prise en charge ABA, notre but est d’enseigner les compétences nécessaires au développement harmonieux de la personne, et à son autonomie. Parallèlement, on vise à réduire l’apparition de tout comportement pouvant perturber son apprentissage ou son intégration sociale.

L’ABA vise à maintenir tout acquis de manière naturelle, dans tous les milieux de vie propres à l’individu (à l’école, à la maison, à la piscine, dans la rue…)

Mon enfant n’est pas autiste, mais présente des troubles du comportement…

ABA est le diminutif de “analyse appliquée du comportement” (Applied Behaviour Analysis en anglais). C’est une approche qui consiste à analyser les comportements d’un individu (leurs topographies, fréquences, fonctions…) afin de les modifier efficacement.

L’ABA est adaptée aux personnes présentant des spécificités comportementales telles que :

  • L’hyperactivité
  • La non compliance
  • Des troubles de l’attention
  • La colère et l’agressivité
  • Des comportements ritualisés ou d’autostimulation
  • Des peurs spécifiques liées à la relation et à l’interaction…

Elle vise à réduire au maximum tout comportement pouvant perturber l’apprentissage ou l’intégration sociale de l’enfant.

Est-il trop tôt pour commencer le suivi de mon enfant ?

L’ensemble des études comportementales montre l’importance d’une intervention précoce. Elles ont été publiées dans des revues d’une réputation scientifique incontestable¹.

Il apparaît que pour des enfants bénéficiant d’une prise en charge avant 6 ans, de 30h par semaine pendant 2 à 3 ans, une récupération complète ou quasi complète dans tous les domaines de développement est possible.

Ainsi, dans les études de Lovaas², 47% des enfants réintègrent une classe normale, 40% ont un retard scolaire de 2 ans, et 10% progressent avec plus de difficultés.

Des études de Krantz et McClannahan³ font apparaître une récupération complète des troubles autistiques entre 42% et 67% des cas, lors d’une prise en charge intensive avant 4 ans. Cependant, lorsque la prise en charge est plus tardive (entre 4 et 6 ans), même si la récupération n’est que partielle, les comportements acquis permettent aux enfants d’évoluer de façon significative : développement de la communication, apprentissage de la lecture, etc.

C’est ce que stipule et reprend l’expertise collective de l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche médicale), réalisée en 2003 sur le dépistage et la prévention des troubles mentaux chez l’enfant et l’adolescent :

« Des programmes de traitement éducatif dans des interventions très précoces (avant 4 ans et si possible plus tôt encore) et intensives (supérieurs à 25 heures par semaine) mènent à des progrès considérables » (page 48).

En 2005, Sallows and Graupner ont également démontré l’efficacité de l’ABA lorsqu’elle est appliquée tôt. Après 4 années de thérapie, en ce qui concerne le langage, les compétences cognitives, sociales, adaptatives et académiques, 48% de tous les enfants ont présenté un apprentissage rapide, et ont pu intégrer avec succès, à l’âge de 7 ans, une classe d’enseignement normal.

Les professionnels en ABA disposent de procédures, scientifiquement documentées, en mesure de rendre possible pour des enfants autistes un cursus scolaire normal, après 4 ans en moyenne de traitement précoce et continu.

Concernant les suivis plus tardifs, l’ABA peut leur permettre d’accéder à des compétences socialement significatives telles que l’autonomie, la gestion des relations sociales, la coopération et la communication, qui sont les conditions principales à la vie d’un adulte autonome.

Notes:
1. Anderson et al., 1987 ; Birnbrauer & Leach, 1993 ; Fenske et al., 1985 ; Klevstrand, 1992 ; Lovaas, 1987 ; McEachin, Smith & Lovaas, 1993 ; Morrow, Terzich, & Williamson, sous presse; Perry, Cohen & DeCarlo, 1995 ; Sheinkopf & Siegel, 1998
2. Lovaas, 1987 ; McEachin, Smith & Lovaas, 1993
3.  Krantz & McClannahan, 1999

Dr G. T. Tendayi Viki, maître de conférences en psychologie à l’Université de Kent

During the period that I have known Fabienne, I have really enjoyed teaching and working with her. I have met very few students who possess Fabienne’s intellectual capabilities and motivation. She has proven to be a highly motivated and committed student. She is extremely bright. What makes Fabienne exceptional is the focus and discipline that she brings to the tasks that she undertakes. Her level of commitment and diligence to any task that she undertakes means that she always produces work of a superior quality. Her contributions to discussions are always at a very high level of intellectual rigor. (Fabienne) is a brilliant thinker with incisive insights and thoughts.