Archives pour la catégorie L’ABA, c’est quoi ?

L’ABA, c’est quoi ?

L’ABA (l’analyse appliquée du comportement ou Applied Behaviour Analysis, en anglais) consiste en la mise en application (« appliquée ») des recherches sur le comportement. C’est une approche fondée sur l’analyse expérimentale des principes du comportement. Les procédures mises en place sur le terrain, auprès des enfants, sont guidées par des études expérimentales: l’ABA met en application les principes par des techniques précises, qui ont été préalablement validés dans ces études.

Les techniques comportementales ont pour objet de modifier le comportement (augmenter le comportement dans le cadre d’enseignements, ou diminuer les comportements à problème). Par exemple, pour augmenter un comportement (l’enseigner), il faut le renforcer (l’encourager par la présentation consécutive de stimuli appétitifs). Le renforcement est un principe du comportement.

Cooper, Heron, and Heward (1987) définissent l’ABA de la manière suivante:

« L’analyse appliquée du comportement est la science par laquelle les procédures dérivées des principes du comportement sont appliquées de manière systématique afin de développer de manière significative les comportements d’importance sociale tout en démontrant rigoureusement que les procédures employées sont responsables de l’amélioration du comportement. » (traduit de la p. 14).

L’ABA consiste en l’utilisation de démarches précises et scientifiquement valides qui sont adaptées de manière individualisée, à chaque personne. Les besoins de l’enfant sont d’abord identifiés. Puis, des interventions sont menées, visant à travailler, de manière répétée et systématique, les objectifs ciblés. L’enfant est encouragé en permanence, par le jeu et l’obtention de “renforçateurs”.  Notre objectif : modifier les comportements en se basant sur des résultats concrets, quantifables et observables. Les progrès de l’enfant sont observés directement puis cotés, quotidiennement.

Pour plus d’infos: lire Comment ça se passe ?

L’ABA-VB, c’est quoi ?

Lovaas (1927-2010) est le pionnier de L’ABA en ce sens qu’il a été le premier à appliquer les recherches en analyse du comportement auprès d’enfants autistes. Il utilisait, auprès de ses patients, les principes du renforcement, de la guidance, du stimulus contrôle, etc., afin de développer leurs apprentissages. Les programmes Lovaas sont intensifs, de 30 à 40 heures par semaine, et reposent sur l’enseignement par “essais distincts” , un enseignement qui suit le schéma – antécédent (consigne) - comportement (réponse) - conséquence (renforcement). Quarante années de recherches ont permis de démontrer l’efficacité de cette méthode, qui diminue les comportements inadaptés de manière significative, et développe les apprentissages, les compétences sociales et la communication.

Depuis Lovaas, d’autres modèles dérivés de l’ABA ont fait leur apparition. Des chercheurs et cliniciens ont développé l’approche VB au début des années 2000. Ce modèle, qui signifie « comportement verbal » (Verbal Behavior) (Sundberg & Partington, 1998; Sundberg & Michael, 2001), est directement inspiré par les travaux de Skinner (1904-1990). Skinner était le premier chercheur à mettre en lumière les principes que nous connaissons aujourd’hui, de renforcement,  conditionnement opérant, stimulus discriminatif, etc. Parmi ses nombreuses recherches sur le comportement humain, (The Behavior of Organisms, 1938), il s’est beaucoup intéressé au comportement verbal (Verbal Behavior, 1957).

Dans le modèle VB, les travaux de Skinner sont utilisés pour favoriser les compétences de communication. Le langage est considéré par ce modèle comme étant la fondation de tous les apprentissages chez les enfants typiques. Il s’agit d’une compétence pivot permettant d’accéder à d’autres sources d’apprentissage, plus complexes. Le langage étant particulièrement déficient chez les enfants présentant des troubles du spectre autistique, il est considéré comme le premier objectif à développer chez ces enfants.

D’autres éléments sont caractéristiques de la méthode VB, tels que l’utilisation de la motivation. En ABA-VB, les interventions consistent typiquement en la manipulation de la motivation (LeBlanc et al., 2006). Il est considéré que la motivation est à l’origine de la plupart des apprentissages. Il est donc important de prendre en compte cette variable dans le cadre des programmes d’enseignement. Ainsi, en VB on utilise ce qui intéresse l’enfant pour l’emmener vers les apprentissages. Et tout particulièrement pour l’aider à accéder au langage.

Enfin, en ABA-VB,  planifier la généralisation des acquis en environnement naturel est essentiel. Il est important que l’enfant développe des compétences lors des enseignements structurés, au bureau, mais il faut aussi qu’il soit capable d’utiliser les compétences qu’il a acquises au bureau, au quotidien et dans l’environnement naturel. S’il ne restitue ses acquis que dans le cadre strict de l’enseignement au bureau, ses apprentissages ne lui seront pas utiles (Carbone, 2012). Il faut qu’il puisse “généraliser” ses compétences à d’autres environnements, personnes, supports, etc. Ainsi, en VB, il est recommandé d’incorporer des stratégies d’enseignement naturel (format d’enseignement « NET »), durant les séances. Le NET, qui est dérivé du modèle d’Enseignement Naturel de Stokes et Baer (1970-1980), présente un format d’enseignement plus souple, plus “naturel”, qui consiste à suivre la motivation de l’élève, dans le cadre de jeux hors bureau, afin de généraliser les acquis.

Quelles sont les actions proposées ?

Les suivis globaux, proposés par ABA Supports, sont composés des actions suivantes (entre autres):
  • Evaluation des compétences de chaque enfant et réalisation de programmes éducatifs individualisés
  • Formations d’étudiants, parents et professionnels à l’ABA
  • Réunions mensuelles ou bi-mensuelles de l’équipe éducative
  • Supervision et guidance des interventions
  • Guidances parentales à domicile
  • Evaluations continues des progrès et difficultés et adaptation des programmes en conséquence
  • Organisation de réunions avec les parents et éducateurs afin d’optimiser la cohérence du suivi et adapter les objectifs
  • Interventions d’information auprès d’établissements divers (écoles, structures, etc.) sur l’ABA ou sur les troubles du développement et du comportement…

Sait-on si l’ABA donne vraiment des résultats ?

L’expertise collective de l’INSERM réalisée en 2004 sur les psychothérapies mentionne des études réalisées à l’étranger sur les programmes éducatifs et intensifs¹:

Lovaas² avait mené une étude auprès de 59 enfants âgés de 2 à 4 ans, qui avaient été diagnostiqués autistes. Deux groupes avaient été formés : un groupe d’enfants bénéficiant d’un traitement comportemental moyennant 40h par semaine et un « groupe comparaison », suivant un traitement comportemental non intensif, complété par une variété d’autres traitements proposés par la communauté.

Trois ans après le début de l’expérience, 47 % des enfants qui avaient bénéficié de l’intervention comportementale intensive réussissaient leur première année scolaire ordinaire et présentaient une intelligence normale. Concernant le groupe de comparaison, 2% d’entre eux avaient présenté des capacités intellectuelles situées dans la norme et avaient intégré une scolarité ordinaire.

Depuis les études de Lovaas³, d’autres recherches ont, au minimum, mené à la réplication partielle des résultats (4).

Howard et al.(5)  avaient comparé l’efficacité d’interventions comportementales intensives avec d’autres méthodes qui sont communément employées auprès d’enfants autistes, également appliquées de manière intensive.

Les résultats obtenus sur les 61 enfants autistes de l’étude montrent une différence statistiquement significative entre les deux groupes : après seulement 14 mois, le groupe bénéficiant d’interventions comportementales présentait une moyenne de scores standards supérieure dans tous les domaines de développement, à l’exception des compétences motrices, qui ne dénotaient pas de différence particulière.

Smith, Groen and Wynn (6) on mené une étude permettant d’examiner l’efficacité de l’ABA lorsqu’elle est appliquée dans un cadre moins intensif et structuré, auprès d’un grand nombre d’enfants présentant une variété de profils différents. Les résultats démontrent un effet positif et important sur le quotien intellectuel.

Les résultats parlent d’eux-mêmes. Comme l’explique le service des départements de santé américain (7):

« Trente années de recherches ont démontré l’efficacité de l’analyse appliquée du comportement en réduisant les comportements inappropriés et en augmentant la communication, les apprentissages et les comportements sociaux adaptés » (traduit de Mental health, 1999). 

Notes:
1.  La première évaluation date de 1987 (UCLA, University of California)
2.  Lovaas, 1987
3.  Lovaas, 1987; McEachin, Smith & Lovaas, 1993
4.  Cf. Rogers, 1998
5.  Howard, Sparkman, Cohen, Green et Stanislaw, 2005
6. Smith, Groen & Wynn, 2000
7. Mental Health: A Report of the Surgeon General (1999). Chapter 3 , section 6:
http://www.surgeongeneral.gov/library/mentalhealth/chapter3/sec6.html