Archives pour la catégorie Comment ?

Comment ça se passe ?

   How do Interventions Unfold?
Description

Le nombre d’heures recommandé est généralement de 15 à 35 heures par semaine. Toutefois, celui-ci dépend surtout du profil de votre enfant. Un bilan de compétences (par le biais de la VB-MAPP, décrite plus bas) est effectué en premier lieu par la psychologue. Cela permet d’élaborer un projet éducatif individualisé, qui spécifie, entre autres, le nombre d’heures de prises en charge réellement adaptées à votre enfant.

Le bilan permet également, en complément d’une discussion aprofondie avec l’école et les parents concernés, de décider si l’enfant est apte à intégrer l’école et le nombre d’heures par semaine que cela impliquerait. L’intégration scolaire est alors effectuée en complément du suivi à domicile.

D’autres bilans de compétences sont effectués par la suite et tout au long de la prise en charge (1-2 par an). En fonction des évolutions constatées, le nombre d’heures de suivi et d’intégration scolaire sont modifiés (le but étant de diminuer le nombre d’heures à domicile et de favoriser l’intégration scolaire, bien sûr).

Des éducateurs ou intervenants formés à l’ABA interviennent au domicile. Au meilleur des cas, ce sont ces mêmes éducateurs qui accompagnent l’enfant à l’école, ce qui permet de faciliter la transition entre ces deux cadres et harmoniser la prise en charge.

Le rôle de l’équipe à domicile est d’appliquer les programmes éducatifs que la psychologue réalise. Les interventions sont menées dans le contexte 1:1 (séances individualisées enfant:éducateur.) Les éducateurs interviennent sous la supervision de l’analyste ou psychologue ABA, qui effectue également des visites réguilières à domicile.

Le rôle du psychologue est avant tout de gérer le suivi et son bon déroulement. Il suit de près l’évolution de l’enfant et maintient un lien étroit avec l’équipe pédagogique. Il guide les interventions et modifie les programmes en fonction des évolutions observées. La famille se voit également proposée des guidances parentales afin qu’elle soit à même de réagir dans la même lignée que le reste de l’équipe.

En complément de ce premier groupe psychologue-éducateurs, d’autres professionnels peuvent également venir enrichir sa composition. Tel est le cas des logopédagogues, des psychomotriciens, etc.

Le rôle de l’association est de permettre la communication et l’échange entre les différents pôles bénéfiques au suivi de l’enfant. Par exemple, si l’enfant doit être suivi par un orthophoniste ou psychomotricien, le/la référente de l’enfant communiquera avec celui-ci de manière à rendre la prise en charge la plus harmonieuse possible. Le psychologue peut également intervenir à l’école, et travailler en coordination avec les enseignants.

Des réunions ont régulièrement lieu au domicile de la famille où tous les membres de l’équipe sont conviés (y compris les parents) afin d’optimiser cette harmonisation de la prise en charge.

La prise en charge 

Elle se compose généralement de 6 étapes:

  1. Evaluation des compétences de l’enfant (par le biais de l’ABLLS/VB MAPP, passation de tests de QI) et établissement du curriculum de compétences.
  2. Etablissement des objectifs éducatifs, en fonction des besoins spécifiques de l’enfant ou adolescent
  3. Mise en œuvre des moyens nécessaires à l’identification de difficultés individuelles et réalisation de programmes éducatifs adaptés
  4. Mise en application des programmes puis suivi rigoureux des évalutions par le psychologue
  5. Evaluations continues (au début puis tout au long de la prise en charge) et modifications au gré des évolutions. Ces évaluations guident l’acte éducatif : elles permettent de quantifier les résultats et de réajuster le programme en fonction des progrès constatés.
  6. Généralisation de l’apprentissage et maintien de celui-ci dans le temps.

Chaque enfant ou adolescent possède un livret de compétences, lui permettant à lui ou à sa famille de connaître les différents programmes et objectifs travaillés, ainsi que les évolutions obtenues au fur et à mesure des apprentissages.

La VB-MAPP

La VB-MAPP (Verbal behavior Milestones Assessment and Placement Program, de Sundberg, 2008), est un outil d’évaluation permettant d’identifier les compétences et déficits de l’enfant dans 26 domaines de développement.

la VB-MAPP permet d’élaborer un curriculum de compétences de chaque enfant et de de dresser des priorités éducatives permettant de contribuer au développement harmonieux de l’enfant.  

 Cette évaluation est conduite tous les 6 à 12 mois. Elle dure 3 à 4 séances de 2h environ.

Quelle est la recette d’un suivi efficace ?

Il existe des conditions nécessaires à une efficacité scientifiquement acceptable d’un traitement, selon les analyses menées par Guralnick (1998) et Ramey et Ramey (1998) :

  • Les interventions utilisent les techniques comportementales pour la mise en place d’un développement harmonieux chez le jeune enfant (procédures de renforcement positif par exemple)
  • Les interventions portent sur tous les domaines du développement (langage, moteur, cognitif, social, etc.) Un curriculum propre à chaque enfant est établi.
  • Les interventions doivent être soumises à des évaluations fréquentes. L’observation directe et la mesure des performances individuelles sont utilisées pour déterminer les progrès qui apparaissent et ajuster les programmes d’apprentissage.
  • Les interventions prennent en compte les parents comme co-intervenants
  • Les interventions sont dirigées et supervisées par des professionnels ayant un Master de Sciences en analyse du comportement, formés à l’analyse du comportement appliquée (ABA, Applied Behavior Analysis)* et ayant une expérience avec de jeunes enfants avec troubles du développement.

*Note importante:
Le SIG (Special Interest Group for the Association of Behaviour Analysis) ne considère pas les BCaBA (vs. BCBA), les personnes ayant suivi des formations équivalentes ou moins importantes, qualifiées pour la mise en place d’un suivi, pour diriger et guider les interventions de manière indépendante. Ils peuvent mener des interventions et assister dans la mise en place de programmes, mais doivent être correctement supervisés par des BCBAs ou équivalents” (traduit par des consultants et spécialistes ABA , http://members.tripod.com/RSaffran/consultants.html#top)

Quel est mon rôle dans la prise en charge de mon enfant ?

La participation de l’entourage est non seulement souhaitée mais fortement encouragée. Les programmes ne se limitent pas aux séances individualisées avec l’enfant. L’enfant continue malheureusement à être autiste, même après les séances. Il faut donc maintenir la même rigueur au quotidien, et poursuivre certains programmes en dehors des séances (ex: pour les demandes, l’autonomie, la gestion des comportements-problèmes, etc.)

Ainsi, dans le cadre des suivis proposés, des guidances parentales sont menées avec la psychologue au moins deux heures par mois. Ces guidances permettent de faire le point sur les objectifs travaillés en séance et d’aborder les difficultées rencontrées par la famille au quotidien (autonomie, propreté, comportement, communication, etc.)

Les parents ne font pas le même travail que les thérapeutes, toutefois ils sont appelés à compléter le travail des professionnels, à maintenir les résultats obtenus et à les généraliser, en ayant les mêmes exigences au quotidien. Par exemple, si un travail est mené sur la communication, le parent doit savoir comment répondre aux demandes et avoir les mêmes exigences qu’au cours des séances. Les guidances parentales permettent de communiquer sur ces points, et ainsi d’augmenter la coordination parents-professionnels, sur les programmes travaillés. 

Soulignons que les interventions autour d’un enfant doivent être cohérentes et continues. Cela représente un facteur-clé pour la réussite d’une prise en charge. Pour que l’enfant puisse bénéficier d’interventions de qualité, il est nécessaire que parents et professionnels interviennent dans le même sens.

Enfin, afin que les messages restent les plus univoques possibles, la famille de l’enfant et les professionnels (intervenants, psychologues, etc.) sont appelés à se réunir régulièrement. Cela permet de constater les résultats obtenus, d’évoquer les difficultés rencontrées et de réajuster les objectifs et programmes…ensemble.

L’ABA est-elle vraiment différente des autres approches ?

 

l’ABA est avant tout une approche transparente.

C’est une approche qui vise à modifier les comportements en se basant sur des résultats concrets, quantifables et observables.

Les progrès de l’enfant sont observés directement puis cotés, quotidiennement.

Quand cela est nécessaire, les résultats sont reportés dans des graphiques, puis intégrés aux bilans présentés aux familles.

Graph showing imitation of words

Exemple de graphique tel qu'il se présente dans un bilan

L’ABA ne laisse pas de place à l’interprétation…